Valérie Rouyer

Chez elles I, 2006/07, (photographies argentiques).

Partant du quartier montpellierain où je résidais, j’ai demandé aux femmes qui m’ont entourée de poser devant mon objectif. Certaines sont là depuis la création des bâtisses, certaines arrivent, d’autres sont en partance vers d’autres horizons… Elles m’ont accueillie chez elles. Elles ont posé dans leur intérieur ou leur extérieur, naturellement.
La seule directive était de me regarder. Il n’y a d’autre critère de sélection que le fait d’être femme et résidente de façon temporaire ou définitive dans ce périmètre.
Un portrait de la femme se dessine grâce à la singularité de chacune et son intimité. Apparait en filigrane le portrait d’un quartier de Montpellier, l’Aiguelongue.
Je remercie vivement toutes les femmes qui ont accepté ce projet pour leur participation, leur présence et leur générosité.