Valérie Rouyer

ENTRE-DEUX, 2013,
photographie argentique, noir et blanc.
Dans le cadre de la commande photographique de l’association Réseau Santé Mentale Adolescents Haute-Corse (RESAMAD) répondant à l’appel à projets « Culture et Santé » de l’ARS de Corse, je me suis intéressée aux relations liant patients et soignants à l’unité psychiatrique de l’hôpital de Bastia.
Le bâtiment excentré des locaux principaux m’apparait austère. Le service psychiatrique se répartit sur 2 étages correspondant à deux secteurs géographiques de Haute-Corse. Chacun est composé de deux couloirs, de quatorze chambres, d’un réfectoire, de douches communes, de plusieurs salles de repos, des salles de soins / consultations.
Je rencontre alors le personnel soignant (les équipes de jour et de nuit : médecins psychiatres, psychologues, infirmier(e)s, aidessoignant(e)s, assistant(e)s sociales, etc.) et les patient(e)s qui arrivent « à plat », qui ne font que passer ou séjournent quelques temps pour regagner leur domicile « regonflés ».
Entre les mois d’octobre à décembre 2013, j’ai suivi leur quotidien, du lever au coucher (petit déjeuner, toilette, repas, soirées). J’ai assisté aux activités proposées aux patients comme le dessin, la musicothérapie, la relaxation, les sorties - à la plage de l’Arinella et le parcours de santé tout proche de l’hôpital. J’ai pu constater que l’on soigne avec des médicaments, certes, mais on soigne surtout avec des mots, des gestes et des regards.
Je remercie vivement toutes les équipes médicales de m’avoir ouvert leurs portes, les intervenant(e)s - Hélène, Marie-Line, Véronica - et particulièrement Charles, Clara, François, Françoise, Mathieu, Marc, Michèle, Mireille, Nacera, René, Simone de m’avoir laissé partager leur intimité.

Février 2014,
Valérie Rouyer.